Articles tagués "Sociologie"

Lettre de mars du 3ème congrès de l’Aifris à Genève

Envoyé le 26 mars 2011 dans AIFRIS, Articles

Lettre de mars du 3ème congrès de l’Aifris à Genève

Edito La préparation du 4ème congrès de l’AIFRIS est en pleine effervescence. Nous avons reçu à ce jour plus de 260 communications, ce qui démontre que la thématique proposée par le congrès est à l’interface de ce qui se vit sur les terrains. L’espace de réflexion et de rencontre sera fructueux et dynamique. Le programme du congrès, articulé autour de conférences, d’ateliers, de forums, de visites et d’une soirée conviviale, rendra, nous l’espérons, votre séjour enrichissant et agréable.   Les conférenciers invités : Catherine Larrère, philosophe et professeure à l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne – France. Elle est spécialiste de philosophie morale et politique liée à la crise environnementale Laura Centemeri, sociologue chercheuse au Centre « for social studies of the University of Coimbra » – Portugal. Jean-Louis Genard, directeur du Groupe de Recherche sur l’Action Publique de l’Université Libre Bruxelles – Belgique. Il est l’auteur d’un ensemble d’ouvrages importants sur l’expertise de l’action publique, du travail en réseau ou des objectifs de motivation et de responsabilisation des bénéficiaires Philippe Mathieu, coordinateur de projets de développement humanitaire et d’études de risques de la vulnérabilité et des capacités de réponse en Haïti environnement ; représentant de Oxfam-Québec – Haïti. Stéphane Rossini, docteur en Sciences sociales, professeur à la Haute école de travail social de Lausanne, au Master en Action et politiques sociales de la HES-SO et Maîtrise en administration publique de l’Université de Genève – Suisse. Ousmane Sow Huchard, docteur. en anthropologie sociale et culturelle Secrétaire National en charge de l’administration et de la citoyenneté active Sénégal Charles Beer Conseiller d’Etat en charge du Département de l’instruction publique, de la culture et du sport de la République et Canton de Genève – Suisse.   Synthèse : Marc Breviglieri, sociologue, professeur à la HES SO Genève, Haute Ecole de Travail Social, membre du du G S P M (E H E S S ). Nous aurons le plaisir de vous faire découvrir par petits groupes différents aspects et images de Genève et d’aller à la rencontre de pratiques innovantes. Les thèmes des forums seront proposés dans les pré-actes. Les modalités de paiement sont indiquées directement dans le mode d’emploi en p.8. Vous pourrez y accéder rapidement eu utilisant le lien suivant : http://aifris.eu/09commun/telechargement/MIEL_SUI.pdf   PROGRAMME ACCUEIL Accueil possible déjà le 4 juillet dès 18h00 à la HETS (rue Pré-Jérôme 16) et Bd du Pont-d’Arve 40 – 1205 Genève. Le congrès commencera le mardi 5 juillet 2011 à 09h00 et se terminera le vendredi 08 juillet 2011 à 12h00.   LIEUX DU CONGRES Le congrès aura lieu au centre-ville de Genève, principalement à la Haute école de travail social de Genève (HETS) rue Pré-Jérôme 16, dans le quartier de Plainpalais. Toutes les séances plénières, ainsi que les repas de midi, se dérouleront à l’Université du Mail (5 minutes à pied de la HETS). Ces sites sont très bien desservis par les transports publics de Genève. Vous trouverez sur notre site internet un plan d’accès aux différents lieux du congrès : http://aifris.eu/01contributions/05_organisation_congres.php   INFORMATIONS...

Lire plus

Vincent de Gaulejac « Les sources de la honte »

Envoyé le 26 mars 2011 dans Articles, Publications

Vincent de Gaulejac « Les sources de la honte »

La honte est une souffrance d’autant plus forte que par nature on en parle peu. Il y a l’humiliation qui amène à taire les violences subies, à se replier sur soi-même, à cultiver un sentiment d’illégitimité, à se vivre comme un «moins que rien ». Il y a la gêne éprouvée face à la honte d’autrui, qui conduit, le plus souvent, à une mise à distance, à un refus d’entendre ce qui dérange. L’écoute de celui ou celle qui a honte est difficile. Ces deux attitudes se complètent et se renforcent. La gêne des uns contribue au rejet des autres et au silence de tous. Cet ouvrage brise ce cercle du silence en favorisant une meilleure compréhension, une meilleure écoute des multiples facettes de la honte. Derrière celle-ci se cachent des trésors d’amour, de sensibilité et d’humanité, qui n’arrivent pas à s’exprimer. Comprendre, écouter, dire la honte, c’est s’affranchir d’une partie de la souffrance qu’elle provoque.   Parution aux Editions du Seuil en mars...

Lire plus

L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards de chercheurs

Envoyé le 26 mars 2011 dans Articles

L’évaluation de la recherche en sciences humaines et sociales. Regards de chercheurs

Textes rassemblés par Paul Servais Qu’est-ce que évaluer la recherche ? Pourquoi et pour quoi évaluer la recherche ? Comment évaluer la recherche ? Y a-t-il des pièges à l’évaluation et lesquels ? La transition de l’évaluation de la recherche à l’évaluation des chercheurs est-elle inévitable, voire souhaitable ? L’évaluation induit-elle des changements dans la recherche ? Ces questions, et bien d’autres, préoccupent les chercheurs, comme les organismes qui les subventionnent et ceux qui les emploient. Ces préoccupations se situent dans un monde où collaboration entre chercheurs et internationalisation de la recherche sont devenues des normes de plus en plus prégnantes, alors que des budgets de recherche orientée importants ont été mis en place. Leur acuité est d’autant plus forte que les dispositifs d’évaluation a priori comme a posteriori se sont développés en conséquence. Pour les sciences humaines et sociales, des questions particulières se posent en outre : quelles conséquences les spécificités de leur objet ont-elles sur leurs pratiques, leurs résultats ? Quelles leçons en tirer pour leur évaluation? Quel a été l’impact de l’évolution du « pilotage et de l’évaluation » de la recherche en sciences sociales au cours des dernières décennies ? Quelles redéfinitions cela implique-t-il du rôle des chercheurs en sciences sociales ? Plus fondamentalement peut-être, quelles transformations des relations entre « connaissances » et « politiques » en a-t-il résulté ? – Informations complémentaires, couverture et table des matières:...

Lire plus

« Sociologie de l’expertise de l’intervention sociale. Modèles et éthiques de l’ingénierie dans le champ social » de JC BARBANT

Envoyé le 21 mars 2011 dans Articles, Publications

« Sociologie de l’expertise de l’intervention sociale. Modèles et éthiques de l’ingénierie dans le champ social » de JC BARBANT

Préface : Marcel Jæger Dans un contexte de complexification des dispositifs de l’action sociale et éducative au sein desquels agit une pluralité d’« experts » (chefs de projet, chargés de mission, ingénieurs sociaux…), cet ouvrage interroge les modèles d’analyse et d’intervention mobilisés par ces acteurs sociaux. Jean-Christophe Barbant développe une analyse originale des imaginaires, des postures et des ethos professionnels de ces « nouveaux » experts sociaux.Il élabore une « sociologie de l’expertise de l’intervention sociale » dans le champ de la formation au sein duquel sont décrits quatre modèles dominants. Le premier modèle des expertises du développement social est associé à l’imaginaire de la performance et d’une éthique de la conviction. Le second modèle de l’ingénierie et de la gestion du social est lié à l’imaginaire de la maîtrise et d’une éthique de la responsabilité. Le troisième modèle de la production du social est construit à partir de l’imaginaire de la connaissance et d’une éthique de la sagesse. Enfin, le quatrième modèle de la transformation sociale développe un imaginaire de la prospective et une éthique de la réflexivité. Cet ouvrage présente donc l’intérêt de proposer une modélisation éclairante des différentes approches de l’expertise dans l’intervention et l’ingénierie sociales. Il souligne également les atouts et les limites de l’appareil de formation et la nécessité de concevoir des agencements d’expertises complexes associés à de fortes références éthiques et déontologiques. Jean-Christophe Barbant est docteur en sociologie, chercheur associé au GEPECS (groupe d’étude pour l’Europe des cultures et des solidarités) de l’université Paris Descartes. En tant que directeur adjoint de l’IRTS Languedoc-Roussillon, chargé des études et recherches, il est responsable du module « Méthodologies et postures de l’intervention sociale » du master II professionnel « pratiques de l’intervention sociale » et de l’observatoire de l’éthique de l’intervention sanitaire et sociale du LRI3S (Laboratoire de recherche sur l’intervention sport-santé-social) de l’université de Perpignan. Il est également membre de l’ACOFIS (association des chercheurs des organismes de formation de l’intervention...

Lire plus